Version anglaise du site

Charles GOTTHELF, Baron de Hund et d'Altengrottkau, Fondateur du R.E.R
Charles GOTTHELF, Baron de Hund et d'Altengrottkau, Fondateur du R.E.R

Une Refondation devenue nécessaire...

La fin du XXème siècle a vu un grand nombre de dérives se produire dans les ordres initiatiques, qui se sont traduites souvent par des modifications statutaires fantaisistes et néfastes. Ainsi la transformation du GPDG en "Grand Prieuré des Ordres Unis" aboutissait à la crise de 2000 et à sa perte de reconnaissance par la GLNF (Grande Loge Nationale Française) puis par tous les Grands Prieurés Réguliers du monde, suite à son accord d'intervisite avec les loges du Grand Orient de France acceptant la mixité en loge et sa transformation ultime, en petite obédience maçonnique multi-rites et multi-grades non reconnue.

 

La GLNF remplaçait alors ex-abrupto ce "GPDG-Ordres Unis" par 2 associations distinctes, créées elles-mêmes ex-nihilo, d'une part le DNLERF (Directoire National des Loges Ecossaises Régulières de France) et d'autre part, le GPRF (Grand Prieuré Régulier de France). 

 

Dix ans après, la GLNF à son tour, entrait dans une grave crise statutaire qui conduisait à l'élaboration d'un "livre blanc" et au besoin d'une Refondation qui redonne la souveraineté aux loges. Ainsi se constituait la Grande Loge de l'Alliance Maçonnique Française, (GL-AMF) consacrée à TOURS, le 28 avril 2012.

 

De même, était publiée en date du 25 septembre 2012, la création de la Grande Loge indépendante de France (GLIF) pour regrouper des Loges constituées elles-mêmes en associations du même type et se disant « Grande Loge souveraine pour les grades du Métier dans les rites cérémoniels autres que le Rite Ecossais Ancien et Accepté...» dont notamment, le Rite Ecossais Rectifié.

 

La GLIF et la GL-AMF sont engagées officiellement, de même que la GLDF (Grande Loge de France) dans le travail de recomposition du paysage maçonnique français, après la perte par la GLNF de sa reconnaissance par les 5 grandes loges européennes (Allemagne, Suisse, Belgique, Autriche, Luxembourg) en juin 2012, puis par les deux autres Grandes loges britanniques en Juillet 2012 (Ecosse, Irlande), en prémisse du retrait définitif de reconnaissance de la GLNF par la GLUA (Grande Loge Unie d'Angleterre) le 12 septembre 2012.

 

En parallèle, après des hésitations longues et difficiles à comprendre, le GPRF donnait des consignes de démissions de la GLNF ou de ralliement contradictoires, puis décidait de quitter la France le 07 juillet 2012, pour se soucher sur une obédience allemande, aussi respectable soit-elle, mais qui n'a aucune légitimité sur le R.E.R (Rite Ecossais Rectifié) et qui n'a jamais constitué une Puissance Rectifiée, d'autant plus que son fondateur, le dissident Zinnendorf, l'a toujours combattu...

 

Les membres de ce GPRF se retrouvent désormais souchés sur des loges qui ont fait acte d'obédience au FreiMaurer Orden, qui sont désormais inscrites sous sa matricule et qui doivent obligatoirement ouvrir leurs travaux "sous les auspices du FreiMaurer Orden"...

 

Devant tant de confusions, un deuxième  « Livre blanc rectifié » circulait fin juin 2012 et appelait à une Refondation en France, d'un vrai Grand Prieuré Rectifié souverain qui soit souché sur des loges rectifiées régulières, qu'elle qu'en soit pour l'heure, l'obédience d'appartenance.

 

En effet, la situation actuelle d'éclatement sans précédent, fait qu'il y a des loges RER régulièrement constituées qui se retrouvent au sein de multiples obédiences travaillant, dans le cadre de la recomposition du paysage maçonnique français, au retour à la reconnaissance de leur régularité par la Grande Loge Unie d'Angleterre : c'est le cas notamment de la GL-AMF, de la GLIF ou même encore la GLDF dont certaines loges peu nombreuses certes, travaillent encore au R.E.R mais sans pouvoir le faire au-delà du 3ème grade, depuis qu'elles ont rallié la GLDF en 1958 et bien qu'elles soient les héritières légitimes de la Grande Loge Rectifiée créée à NEUILLY en 1935. Et cette liste n'est pas limitative. 

 

Le  « Livre blanc rectifié » s'attache notamment à redonner la souveraineté aux Commanderies et à respecter la gouvernance du Grand Chapitre dans le respect des CODES RECTIFIES pour se "préserver de tout despotisme" et comme l'a toujours demandé le GPIH (Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie). Le GPIH, conservateur du RER depuis 1828, a maintes fois rappelé que seules des Commanderies assemblées en 3 Préfectures minimum peuvent ériger un Grand Prieuré Rectifié régulier, légitime et souverain sur un territoire, qui à son tour, a seul le pouvoir d'autoriser par Traité, une obédience maçonnique de son ressort à délivrer des Chartes pour fonder de nouvelles loges maçonniques au R.E.R. et à valider les rituels rectifiés utilisés.

 

C'est en plein mois d'août 2012, que ce deuxième travail de Refondation a été entrepris par un groupe de Chevaliers CBCS généreux, aux qualités et au nombre requis, ayant tous entre 20 et 30 ans de maçonnerie rectifiée et soucieux seulement de rebâtir ce qui a été ébranlé, pour transmettre aux jeunes générations, dans la transparence, la légitimité et l'authenticité, ce joyau de fraternité et de bienfaisance, que doit être le R.E.R...

 

chancellerie@gprdg.org


 

Des questions ? Consultez notre rubrique d'aide !